Making of camion de Vladivostok commenté

Le « making of » est un exercice assez contraignant : il faut s’empêcher de peindre pour faire un scan intermédiaire, et pour ça il faut attendre que ça sèche. Ca oblige à la lenteur, mais ça vaut le coup et j’aime bien regarder ceux des autres. Et puis ça fait un souvenir…

Rappel : le modèle est là (zoomer sur le pare-choc pour avoir l’image telle que je l’ai peinte)

Camion_001

L’esquisse de départ. J’essaie déjà de réserver les zones blanches mais c’est plus simple au fluide de masquage.

Camion_002

Le fluide de masquage est bleu. C’est dur à étaler parce que c’est visqueux et ça fait des grosses gouttes. Avant j’utilisais un cure-dent, maintenant j’ai un tire-ligne. C’est bien pour l’herbe et tous les reflets. Le truc c’est de ne pas oublier des zones et inversement de ne pas en mettre trop (c’est le cas ici sur le pare-brise). Pour la calandre ça marchera bien.

Camion_003

Je crois que normalement, on ne commence pas par le premier plan mais j’ai aucune méthode, et c’est le camion qui m’intéresse le plus dans cette photo. Première couche, où il faut trouver la bonne teinte de la carrosserie, un mélange de vert et de marron et c’est pas tout-à-fait ça…

Camion_004

Attaque du pare-choc, de la ferraille avec des tache de rouille. Les dépôts de bleu sur du marron rendent toujours bien. Un défaut de google street (pour cet usage un peu particulier) est qu’il floute certaines parties, en l’occurrence le pare-choc… J’interprète ce que je devine derrière le flou.

Camion_005

Attaque des zones sombres. En général c’est là où on fait le plus d’erreurs, parce que l’aquarelle rime mal avec du noir très profond. Le camion est quasiment terminé.

Camion_006

Arrière plan, mer et paysage. La difficulté est de ne pas mettre des teintes trop vives. Plus c’est loin plus c’est neutre et plus ça tire sur le bleu. La mer c’est toujours difficile pour moi. Pour les paysages par contre je commence à attraper le truc.

Camion_007

C’est parti pour l’herbe. Là aussi c’est relativement facile, il faut juste préparer plusieurs verts à l’avance, passer un vert assez clair en mouillant bien le papier, puis donner des petites touches d’autres verts sur le papier encore tout juste humide. L’ombre est par contre ratée. Parce que j’ai voulu « colorier » avec la couleur que je vois sur la photo (un vert foncé) au lieu de passer une couche de bleu par-dessus l’herbe.

Camion_008

Il restait les rochers au fond et les pneus. Le violet fait toujours des miracles en aquarelles, mais j’ai beau le savoir en général je n’y crois pas. Cette fois c’est bon. Le petit truc bleu sur la plage c’est une voiture bâchée, mais si on y voit autre chose, c’est pas bien grave…

Camion_009

Retrait du fluide de masquage et quelques touches finales. Fini ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s